You are here

Oléoduc d’Enbridge : La MRC de Vaudreuil-Soulanges à la défense de ses citoyens

Thursday, 5 December 2013
English

(Vaudreuil-Dorion, Québec) Le mercredi 4 décembre 2013, la Municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges a fait part de ses inquiétudes sur le projet de renversement et d’accroissement de la canalisation 9B de la compagnie Enbridge lors de la commission parlementaire sur ce projet. Deux mois plus tôt, la MRC et les municipalités de Rigaud, Très-Saint-Rédempteur et Sainte-Justine-de-Newton avaient aussi fait part de leurs inquiétudes en participant aux audiences de l’Office national de l’énergie.

« La MRC de Vaudreuil-Soulanges veut tout simplement s’assurer que les différentes lois et conditions sur les pipelines soient respectées par Enbridge avant de lui donner le feu vert », a déclaré monsieur Jean Lalonde, préfet suppléant de la MRC de Vaudreuil-Soulanges et maire de la municipalité de Très-Saint-Rédempteur.

Une lettre émise par l’Office national de l’énergie en mars 2013 a révélé des défaillances quant aux systèmes d’arrêt d’urgence de l’oléoduc 9B, ainsi qu’à 117 de ses 125 stations de pompage. Cette lettre n’a rien de rassurant pour la MRC de Vaudreuil-Soulanges puisque les systèmes d’arrêt d’urgence sont à la base de toute intervention en cas de problématique. Les événements tragiques de Lac-Mégantic ont démontré les conséquences pouvant survenir en cas de non-respect de la réglementation.

La MRC de Vaudreuil-Soulanges s’inquiète également du manque de collaboration de la compagnie Enbridge dans le partage des informations sur son plan de mesure d’urgence. Contrairement à ce qui est demandé par l’Office national de l’énergie, ces différents plans d’interventions n’ont pas été élaborés avec les services de sécurité incendie locaux. De plus, les municipalités ignorent l’emplacement des valves d’arrêt d’urgence et se posent de sérieuses questions quant à leur accessibilité en période hivernale.

La MRC de Vaudreuil-Soulanges craint également pour les sources d’approvisionnement en eau potable de son territoire. De nombreux cours d’eau sont traversés par le pipeline ou se trouvent à proximité, un déversement risquerait de contaminer sérieusement les eaux de surface ainsi que les eaux souterraines du territoire de la MRC et poserait un risque sérieux sur son alimentation en eau potable. De plus, à Pointe-Fortune, le pipeline passe sous la rivière des Outaouais et un incident à cet endroit ou dans l’un de ses affluents aurait pour conséquences de mettre en péril l’alimentation en eau potable de la grande région de Montréal. Ce sont plus de deux millions de personnes qui seraient touchées par une telle éventualité.

« La commission parlementaire ne nous a pas rassurés. Les craintes soulevées dans notre mémoire ont prouvé qu’elles étaient bel et bien fondées. Nous demandons au gouvernement du Québec de nous rassurer avant de donner son accord au projet d’Enbridge », a souligné madame Marie-Claude Nichols, préfet de la MRC de Vaudreuil-Soulanges et mairesse de la ville de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot.

Le projet de renversement et d’accroissement de la canalisation 9B

Le 29 novembre 2012, Enbridge a déposé une demande auprès de l’Office national de l’énergie visant l’inversion du tronçon de la canalisation 9 entre North Westover, en Ontario, et Montréal, au Québec. Ce projet inclut également l’accroissement de la capacité sur l’ensemble de la canalisation 9, de Sarnia, en Ontario, jusqu’à Montréal.

La MRC de Vaudreuil-Soulanges est très préoccupée par ce projet puisque le pipeline 9B traverse par les municipalités de Sainte-Justine-de-Newton, Très-Saint-Rédempteur, Rigaud et Pointe-Fortune.

-30-

Pour plus d’information ou pour une entrevue, veuillez communiquer avec :

Simon Richard
Conseiller en communication
MRC de Vaudreuil-Soulanges
450 455-5753, poste 2265
srichard@mrcvs.ca